Premier stop… L’aéroport.

Quand on pense vacances, on pense à… un séjour hors du temps, de son quotidien… sur le sable ou au sommet d’une montagne. Cependant, personne n’échappe à la case départ: le transport. Avion, bateau, train, voiture ou même bus, quand on veut s’évader, on doit bien souvent compter quelques heures de route.

img_3057

Ma journée d’hier avait des allures de marathon. Je m’apprêtais à prendre mon vol en direction de Madrid pour la septième fois de l’année. Très excitée à l’idée de ce séjour professionnel dans une ville que j’adore, je regardais autour de moi et pensais à la matinée que je venais de passer. Quelques emails, un peu de travail, quelques courses et un sac rempli en 5 minutes chrono plus tard, me voilà assise sur la chaise en plastique gris de l’aéroport marseillais, attendant mon vol.

Pour vous donner une brève idée de mon cas personnel… Je voyage les 85% de mon temps en solo, avec un bagage à main. Pour me donner des allures d’aventurières, j’utilise un sac. Il a la dimension d’un sac de foot mais moi je l’utilise en guise de sac à dos.

Ça me donne des allures de baroudeuse voyageant d’un bout à l’autre du globe même lorsque le nombre d’heures me séparant de mon lieu d’arrivée se compte avec un seul doigt. Quand il s’agit d’organiser ce dernier, je choisis souvent l’option Dernière minute : 3 jeans, 4 tee-shirts, 1 pull, et des baskets et je suis parée.

airport2

Tout droit sortie du Relay, j’ai mon tiercé gagnant dans les mains : une bouteille d’eau pour remplacer la précédente qui ne passe jamais le contrôle, un Snickers pour assurer que mon apport en nutriments essentiels ne décline pas dans la journée et mon magazine Biba, pour le côté littéraire de la situation.

Vous l’aurez compris, 95% de mon attente avant l’embarquement est contre-productif. Les 5% restants du temps, c’est lorsque je réponds à un mail important, j’arrive à garder mon passeport à portée de main sans le perdre et encore plus challengeant, je veille à garder suffisamment de batterie pour le reste du périple.

img_5969

J’ai déjà choisi d’autres options de transport comme le co-voiturage lorsque le trajet en avion (temps d’aéroport inclus) s’avère plus long que celui en voiture. Novice en la matière, j’ai testé une seule fois le Blablacar, pour me rendre à Barcelone depuis Madrid. Pour tout ceux qui ne me connaissent pas encore très bien, l’espagnol et moi c’est pas encore tout à fait ça. On se comprend quelques fois, mais on communique rarement. Alors 5 heures de voiture avec trois espagnols qui font les pipelettes dans une langue que tu ne comprends pas… c’est long.

Pour en revenir à ma journée d’hier donc, je regardais autour de moi et j’observais les autres futurs passagers. On a tous notre façon à nous de tuer l’ennui. La plupart sont aussi omnibulés que moi par leur smartphone alors que d’autres sont pris en délit de Pringles avec leurs écouteurs dans les oreilles.

Afin d’optimiser ce moment long et ennuyant, voici quelques idées…

* Une action PRODUCTIVE

Libérez vous d’une action que vous avez longtemps procrastinée. Pensez à un email que vous avez en attente depuis quelques semaines déjà, c’est l’occasion de vous mettre à jour!

Lisez des expériences que vous pouvez trouver sur le web ou bien dans votre manuel sur la ville que vous allez visiter pour vous faire un itinéraire personnalisé.

Profiter de la presse à proximité pour… acheter un JOURNAL, vous pourrez ainsi vous mettre à jour sur l’actualité. (Quand je dis actualité, je ne parle pas des bijoux de Kim ou du célibat de Brad!)

Vous pouvez également rechercher les articles qui vous intéressent et les sauvegarder en mode “Lecture” ce qui vous permet de les lire une fois dans les airs.

Quelques sites sympas:

VICE

Spicee

L’entrepreneur

L’express

Le nouvel observateur

L’internaute

* COMMUNIQUER en réel

On passe tellement de temps sur notre téléphone, sur les réseaux sociaux…  en somme, dans le virtuel, que l’aéroport est un endroit idéal pour rencontrer d’autres personnes en temps réel. La probabilité que la personne assise à côté de vous soit dans votre vol est importante. Elle sait sûrement des choses que vous ignorez, peut-être a-t-elle déjà une expérience dans le pays où vous vous apprêtez à atterrir et des conseils pour vous. Sortez de votre zone de confort et engagez la conversation !

Pensez aussi à partir en avance… Rester chez soi 10 minutes de plus n’apporte rien de plus que de se retrouver dans une file d’attente de 30 minutes pour enregistrer vos bagages. C’est pas le moment de paniquer ou d’envisager un sprint final. Mettez vous dans un état d’esprit positif!

Une fois que vous aurez fait tout ça, ce sera sûrement l’heure pour vous d’embarquer.

Alors, prêt pour le décollage ? Le meilleur arrive. Bon voyage!

Laura

img_5988

 

Tags from the story
,
Written By
More from Laura

Marseille city guideline.

  I am going to post a city guideline of Marseille –...
Read More

1 Comment

  • Je me suis connectée sur ton site pour la première fois depuis longtemps. Et deux heures après je navigue encore d’articles en articles. Wow Laura ! Je suis fan ! Ton écriture, ton ton et tes photos, c’est tellement toi ! NE T’ARRETES JAMAIS

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *